Bienvenue sur le nouveau site du Musée Spitfire. (Work in progress !!)

Organisation

         L’ASBL Musée Spitfire est en charge de la gestion du Musée et regroupe de nombreux membres et sympathisants. Le Musée Spitfire a pour but de faire connaître au grand public, et spécialement à la jeunesse, l’histoire de la base de Florennes et ainsi de perpétuer la mémoire et l’histoire, ainsi que de contribuer à promouvoir l’intérêt touristique de la région de Florennes.

Le Musée Spitfire est une structure reconnue, mais indépendante de la Défense. Son fonctionnement repose sur des fonds propres ainsi que sur l’engagement et la passion de ses nombreux bénévoles.

Le fondateur
Le Colonel Aviateur Xavier Janssens

  En 1985, le Colonel Aviateur Xavier Janssens, qui a déjà une longue carrière derrière lui depuis 1954 sur F-84F, F-104G et Mirage 5, prend le commandement du 2ème Wing pour entre autre préparer l’arrivée du F-16 trois ans plus tard.  C’est pendant cette période que l’idée de créer un musée sur la base va naître et mûrir. Il est conscient que le 2ème Wing possède un potentiel énorme tant au niveau de la préservation des matériels que de l’âme et de l’esprit de l’unité. Il perçoit le rôle essentiel qu’un tel musée peut avoir dans l’éducation de la population jeune et moins jeune. Avec la volonté et la détermination qui le caractérisent, il mobilise du personnel et des bénévoles, et les motive pour atteindre le but fixé. Ensemble, ils vont entièrement restaurer et de la plus belle des manières le Spitfire qui trônait et se dégradait depuis quelques décennies devant le bâtiment Etat-Major du Wing. Travail titanesque s’il en est. Il décide aussi de rassembler des fonds pour construire un écrin dans lequel ce véritable bijou sera exposé. En 1992, le Mémorial est inauguré en présence du Col Avi Lallemant DFC and bar; des autorités militaires et civiles ; des donateurs; des bénévoles; … 5 ans plus tard, le Grand Hall est érigé, toujours grâce à de fidèles donateurs. Pendant toutes ces années, le Colonel Aviateur. Xavier Janssens a veillé sur ce musée qui était le sien et en a assuré avec brio la pérennité malgré les difficultés rencontrées, il nous a malheureusement quitté le 2 septembre 2020.
          Que tous les bénévoles qui ont œuvré pour réaliser ce musée, l’améliorer et le maintenir en parfait état en soient ici remerciés.

Col Avi Raymond Lallemant DFC and bar

  Le musée est dédié à la mémoire du Col Avi Raymond Lallemant DFC and bar, héros de la RAF pendant le seconde guerre mondiale et créateur de la base de Florennes sous les couleurs belges.

Raymond Lallemant est né à Blicquy le 23 août 1919. Lors de l’invasion de la Belgique, alors personnel navigant élève, il entame avec son unité un long périple qui le mène à Oujda d’où il déserte avec quelques camarades pour rejoindre la Grande-Bretagne le 16 juillet 1940. Après avoir terminé son entraînement, il arrive en juillet 1941 au 609 Squadron basé de Biggin Hill où Il remporte plusieurs victoires aériennes et être décoré en mars 1943 de la Distinguished Flying Cross. Après une période comme pilote d’essais à l’usine Nappier de Lutton qui fabrique les moteurs des Typhoon, en janvier 1944 , il passe au 197 Squadron pendant la période préparatoire au débarquement puis au 198 Squadron avec lequel il participe aux opérations du débarquement. Le 14 août 1944, le Flight Lieutenant Lallemant retrouve, pour le commander, son cher 609 Squadron doté de Hawker Typhoon qui a reçu la délicate et dangereuse mission de l'attaque et de la destruction des chars et de l'artillerie anti-aérienne allemande. Le 14 septembre, il est touché à Arnhem lors de l’opération Market-Garden. Il regagne l’aérodrome de Merville en France et pose sur le ventre son Typhoon en feu. Il est grièvement brûlé. Les plaies causées par de profondes brûlures le feront souffrir toute sa vie. Son mérite est reconnu par l’attribution d’une seconde DFC le 18 janvier 1945. Après de longs mois d'hospitalisation, il prend le 1 mars 1945, le commandement d’une des deux escadrilles belges de la RAF : le 349 Squadron. Il termine la guerre avec à son actif, entre autres, six avions ennemis abattus confirmés plus d’autres probables ou détruits au sol ainsi que de nombreux véhicules dont trente-quatre tanks.

C’est cet homme au passé glorieux qui arrive à Florennes à la mi-47 pour construire un nouveau Wing en partant de pratiquement rien. Il volera sur Spitfire Mk XIV, assurera le convoyage du premier F-84E de Melsbroek à Florennes et continuera sur F-84G. En cinq ans, il transforme complètement la 2ème Wing. D'une base à l'état de ruine dotée de quelques appareils devenus vétustes, il en fait, en cinq ans, une unité moderne, équipée d'avions à réaction de fabrication américaine, apte à remplir avec succès toutes les missions qui lui sont commandées. Tout cela est du à sa détermination, à son sens du commandement, aux choix judicieux des priorités... Mais rien n'eut été possible sans la volonté, le courage, le sens du devoir d'un personnel remarquable qui a tracé la voie pour les générations suivantes. Il quitte la base de Florennes le 17 juin 1952 pour occuper différentes fonctions en Belgique et à l’étranger jusqu’à sa mise à la retraite en 1972. Le Colonel Lallemant DFC and Bar décède le 30 janvier 2008 à l’âge de 89 ans.

Base Aérienne Jean Offenberg
Jean Offenberg, troisième en partant de la droite
Jean Offenberg, premier à gauche

  Jean « Pyker » Offenberg, né à Laeken le 03 juillet 1916, est breveté pilote le 25 mars 1939 (77ème  promotion). Il est affecté le 15 avril 1939 au 4/II/2Aé (Cocote Blanche) à Nivelles  (4ème  Escadrille du 2ème Groupe du 2ème Régiment  Aéronautique de Chasse) sur Fairey Firefly. Dès sep. 1939, Il participe à la surveillance de l’espace aérien belge neutre.  Le 10 mai 1940, lors de l’invasion allemande, c´est aux commandes d’un Fiat CR 42 Falco que Jean Offenberg se voit attribuer sa première victoire confirmée contre un Dornier Do17 (du II/KG77) escorté par des Bf109, et endommage probablement un second. Jean Offenberg s´impose déjà comme un pilote de chasse très doué.

Désirant à tout prix continuer la lutte contre l´Allemagne, Pyker décide de s´enfuir le 20 juin pour rejoindre la Royal Air Force (N°82517)  en Angleterre. Après deux semaines d’entraînement sur Hurricane au 6 OTU de Sutton-Bridge, le 17 août, il rejoint le 145 Squadron au sein du 13 Group du Fighter Command. Le 1er novembre 1940, il obtient sa première victoire confirmée sur un Bf109 (1./JG2) au sein de la RAF et, cinq jours plus tard, un autre Bf109 (II/JG2) est victime de ses mitrailleuses. Il endommage encore un Ju88 (du I/KG51) le 09 novembre et abat un He111 (du II/KG27) le 11 novembre.

A partir de janvier  1941, le 145 Squadron est équipé de Spitfire Mk.IIb et à partir de février Pyker effectue ses premiers missions offensives Rhubarb et  Circus  au-dessus de la France et de la Belgique.  Son plus bel exploit  a lieu  le 5 mai 1941 lors  d’une mission de reconnaissance au-dessus de la France près de Cherbourg où il  aperçoit cinq navires ennemis.  Au moment où il se dirige vers cet objectif, il repère deux hydravions  Heinkel He60 (du I/Seenot Gruppe) qu’il  attaque immédiatement, en abat un et endommage l’autre. Au même moment, il voit arriver deux Bf109, et même si il est seul, il accepte le combat, abat l´un deux puis rentre à sa base.  Cette cinquième victoire lui vaut de devenir commandant du B Flight fin mai 1941 et lui  vaut la Distinguished Flying Cross le 18 juin 1941, décoration décernée pour la première fois à un pilote belge de la  2ème  Guerre Mondiale.

Le 17 juin, Offenberg rejoint le célèbre Squadron 609 à Biggin Hill, alors sur Spitfire Mk.Vb,  où se forme le premier flight belge de la RAF. Il est alors l’un des pilotes belges de la RAF les plus expérimentés avec presque 700 heures de vol. Les Circus (escorte) et  les Rhubarb (sweep et reconnaissance) s’enchaînent,  iI remporte  une nouvelle  victoire le 22 juin 1941 sur un Bf109 et  est promu Commandant de flight B en juillet.  Lors du Circus 37, le 7 juillet, au retour de mission dans la région du Touquet, Offenberg aperçoit plusieurs Bf109, pique derrière l’un deux mais le  Messerschmitt ne peut redresser à temps et s'écrase en mer !  De juillet à octobre, il obtient encore 4 victoires probables sur Bf109 et endommage deux Bf109.

A seulement 26 ans, la brillante carrière de PYKER s’arrête brusquement le 22 janvier 1942.  Pendant un vol d’entrainement, un Spitfire du 92 Squadron fait une attaque à 90° sur la formation mais entre en collision avec l´appareil d'Offenberg qui meurt sur le coup.  C'était un brillant officier pilote, plein de détermination qui a toujours fait preuve d´une grande bravoure. Il restera reconnu comme l´as de l´escadrille. Il avait à son actif 7 avions détruits, 5 probables et 6 endommagés. Depuis le 20 août 1956, en mémoire de l’un de nos plus grands aviateurs de la 2ème Guerre Mondiale,  la base de Florennes est fière de porter officiellement le nom de Base Jean Offenberg.

Vers 24.02

Musée Spitfire - A.S.B.L. Mémorial Spitfire  - Florennes Air Base

(C) 2024 - avrox.eu